شنبه ۲۳ آذر ۱۳۹۸

بخش ها

آرشیو ماهیانه


دسته ها:متون برگرفته از رسانه‌های انجمن جهانی روانکاوی

سؤال اکول

Écho de la Journée Question d’École 

Les usages du contrôle

 

    La dernière Question d’École sur les usages du contrôle à la Mutualité a réuni près de six cents personnes. Ce nombre important montre que le thème abordé à partir du point de vue du contrôlé est bien en phase avec l’actualité de la psychanalyse. En Belgique, un combat vient d’être gagné contre la fureur réglementaire qui vise à contrôler le champ des psychothérapies en assimilant la psychanalyse à celles-ci. Nos collègues belges ont su faire entendre aux personnalités du monde politique que la psychanalyse n’est pas une psychothérapie et que la valeur que nous accordons au symptôme comme mode d’existence n’est pas celle d’un trouble gênant qu’il conviendrait d’éradiquer pour se réconcilier avec la réalité. Les événements récents viennent de le montrer : la menace d’une absorption par la psychothérapie est toujours possible. L’orientation par la psychanalyse pure est donc aussi notre meilleure défense.

    En choisissant d’aborder le thème du contrôle adossé à celui de la passe, l’accent a été mis sur la formation de l’analyste, sur l’émergence et les effets du désir de l’analyste visant la singularité du symptôme au-delà de la thérapeutique. Le contrôle lacanien n’est pas inclus dans un cursus standardisé, il fait place à la contingence. Il ne sert pas seulement à construire un cas. Il n’y a pas de standard du contrôle, comme il n’y a pas de protocole de formation de l’analyste. L’un et l’autre échappent à la maîtrise d’un savoir académique et formaté.

    Les membres de la dernière Commission de la passe ont fait valoir la logique d’après-coup qui suit la nomination d’un A.E. L’opinion éclairée des psychanalystes supervise la passe au moment de la passe 3, quand l’A.E. témoigne et enseigne à partir de signifiants arrachés au réel. C’est ce cap sur le réel qui rend la passe vivante dans l’École. La possibilité d’aboutir à une identification non ségrégative au sinthome est cruciale pour la psychanalyse comme envers du discours du maître.

    Jacques-Alain Miller a précisé que Lacan introduisit un dispositif qui se trouve en infraction avec les pratiques habituelles de par le caractère d’indiscrétion de la passe. En outre, la pertinence d’une question posée sur la fonction des passeurs met en valeur que ceux-ci sont la cheville ouvrière de la passe. Or, il existe des passeurs qui égarent la Commission ou qui ne sont pas nommés au bon moment. Une sélection des passeurs apparaît nécessaire. Il conviendrait que la Commission de la passe supervise le choix des passeurs.

    Par ailleurs, Jacques-Alain Miller a souligné que le contrôle n’est pas obligatoire, mais qu’il est désiré depuis que Lacan en dérégula la pratique au moment de la création de l’EFP. Le contrôle désiré est un point décisif qui nous différencie de l’IPA et de ses listes de didacticiens, où le contrôle obligatoire s’inscrit dans le fil d’un cursus. Enfin, si la cure a trait au plus intime du sujet et qu’il ne la déclare pas à l’institution, ceci est rattrapé au moment de la passe qui opère une supervision de la cure. Le contrôle devrait être pensé dans des termes semblables : à un moment donné, l’institution pourrait aussi en rattraper quelque chose. La Commission de la garantie trouve là toute sa pertinence; il y aurait lieu de recenser et superviser le contrôle dans l’École.      

Laura Sokolowsky, membre du Conseil de l’ECF


پیوند کوتاه به این مطلب:

https://freudianassociation.org/?p=2355

  تاریخ انتشار: ۲۹ مرداد ۱۳۹۳، ساعت: ۱۰:۰۰