Monday August 26 2019

Sections

Archive


Categories:Psychoanalysis in Freudian Association، Psychoanalysis in the Media and in Society

S’il avait lui-même incendié Notre-Dame, Emmanuel Macron n’aurait pas parlé autrement

Notre Dame, cathédrale du peuple français, a brûlé
“En vérité, je vous dis qu’il est difficile à un riche d’entrer dans le royaume des cieux… il est plus aisé qu’un chameau passe par le chas d’une aiguille”
Saint Matthieu XIX 19 30
Au moment même où le président Macron devait exposer lesconclusions du “grand débat”, la cathédrale s’est enflammée et sa flèche est tombée. C’est un hasard sans doute, mais pour ceux qui ont vécu cet instant, c’est un symbole. Les symboles sont comme ça, ce sont des énigmes qui figurent l’irreprésentable de l’air du temps.

Sigmund Freud a écrit à propos de Notre Dame le 19 novembre 1885, dans une lettre à Martha: “Ça c’est une église!… Je n’ai jamais rien vu d’aussi émouvant que cette cathédrale sans aucun ornement, son austérité et son absence de lumière”… Freud ignorait sans doute que la Cathédrale avait été dépouillée de ses ors et de ses parures par le peuple en colère après 1789. Ainsi mise à nu, elle était devenue notre Dame du peuple, qu’aucun Napoléon, aucun Louis XVIII ne tenta de redorer ensuite.

Dans une lettre du 3 décembre, Freud écrit que “Paris est un Sphinx gigantesque… qu’il me suffise de te dire que cette ville et ses habitants n’ont rien qui me rassure, les gens m’ont tout l’air d’appartenir à une tout autre espèce que nous… je les entends crier “A la lanterne” et “à bas un tel” au lieu de Monsieur”… “C’est le peuple des épidémies psychiques, des convulsions historiques de masse”…

L’Espérance est l’une des vertus théologales, avec l’Amour et la Foi.
Si la foi n’y est plus, si l’amour est incertain, il restera toujours l’Espérance.

L’inspiration des gilets jaunes est christique :
c’est le progrès vers un monde meilleur,
mais sur terre…

Au lendemain de ce drame, des millions et des millions ont afflué de la part des puissants milliardaires, si contents de la politique de M. Macron qui ne lâche rien sur l’ISF, le relèvement du SMIC etc. Importe-il vraiment de savoir s’ils le font juste pour bénéficier d’une défiscalisation? Boloré, Pinault, Bettencourt etc. le font du fond du cœur, pour ce qu’ils dévoient de l’esprit religieux qui leur sert à se légitimer depuis toujours. Ils volent à leur profit l’Esprit sacré qui anime un peuple. L’argent est donc là, accumulé dans les banques, dans les paradis offshore, c’est leur Eden. Ils pourraient au moins concéder de quoi vivre, un SMIC et des retraites décentes par exemple. Mais non, ils préfèrent entendre le peuple pleurer, lui souffler d’aller chasser les immigrés et les Roms avec leur marionnette Le Pen. Les cris du peuple les enchantent bien plus que leurs bénéfices. L’argent n’est rien du tout, s’il ne manque pas à quelqu’un qui se plaint. C’est la grande scénographie “d’un enfant est battu”. Freud dirait peut-être, mais en tout cas l’exemple est devant nos yeux: le sadisme prévaut sur toute autre considération. Le règne de la finance n’est que le moyen actuel de son exercice, la mise en acte luthérienne de la “parabole du bon semeur” (Matthieu XIII 13-23).

Donc, en cette fin de semaine, les psychanalystes gilets jaunes iront à Saint-Denis, près de la basilique ou du temps de Robespierre, les révolutionnaires voulurent vider les tombeaux des rois, pour être rois à leur tour. Les symboles traversent les siècles, jusqu’à aujourd’hui. Qu’ils soient cruels, insensés, violents, qu’ils brulent ou chantent, ils montrent ce qui de l’histoire est porté par l’inconscient.

Montjoie ! Saint-Denis !

Cette annonce est communiquée par Jean-Paul Crouzillat, psychanalyste gilet jaune, un des porte-paroles de nos manifestations du 10 février et du 16 mars.

Les gilets jaunes souhaitent honorer Notre Dame, patrimoine du peuple souverain incendié.

“Pas de violences, pas de casse, mais des revendications”

Date de la manif: ACTE XXIII Samedi 20 avril 2019

Objet de la manifestation et Revendications :
Honorer ce qui reste de Notre Dame brûlée. Dénoncer le business de la charité, l’évasion fiscale, les niches fiscales.

Continuer à adresser les grandes Urgences climatiques sociales et démocratiques à tout le peuple :
1- Démission de tout le gouvernement
2- Dissolution de l’Assemblée Nationale
3- Création d’Etats Généraux Citoyens à l’Assemblée Nationale, au sénat et au CESE simultanément (3 chambres pour 3 urgences : climat social démocratie)
4 – convocation d’une assemblée constituante citoyenne
5- TVA à 0% sur les produits de première nécessité, hausse compensatoire sur ceux de luxe
6- Indexation des retraites sur l’inflation et le coût de la vie
7- Hausse du smic, des salaires, des minimas sociaux, des petites retraites.
8- baisse générale de la CSG
9- Annulation de la réforme inique de l’assurance chômage
10- CICE réservé aux PME
11- Retour de l’ISF augmenté , fin de la FLAT TAX, récupération de l’exil fiscal, fin des niches fiscales.
12- Arrêt de la dilapidation des biens nationaux par privatisation (ADP, Engie, et la Française des jeux…)
13- mise en place du RIC CARL en toute matières avec débats préalables.
14- interdiction de l’utilisation des armes de guerre que sont les LBD40 et grenades de désencerclement dans le maintien de l’ordre de manifestations….. …. ….

BREF:  Porter TOUTES les revendications des Gilets jaunes, présentes notamment sur le sitele-vrai-debat.fr  :  instauration d’une démocratie directe notamment par le RIC en toutes matières avec débats préalables,  réécriture de la constitution par les citoyens…etc.

organisateurs :
Mouvement des « Gilets jaunes »,
groupe des ” Gilets jaunes signataires qui co-déclarent les manifs” :

Sophie Tissier, Bruno Guarrigues, Isabelle Audevard, Patrick Ameur… et tous les co-signataires gilets jaunes, liste complète envoyée le jour de la signature du récépissé.

Heure de rassemblement :11h30
Lieu de rassemblement : Parvis de La Basilique de St Denis
Itinéraire du cortège : cf photo plan ci joint. départ 13h00
arrivée : Quais de Montebello , face à Notre Dame.
Heure de Dispersion :18h00
Lieu de Dispersion : par tous les accès
Nous exigeons que tous les métros et moyens de transports restent ouverts pour permettre l’accès aux manifestants au lieu de rassemblement et de rejoindre le cortège en tout points, et d’éviter de gêner les franciliens dans leur transports, ce qui est injustement incombé aux gilets jaunes.
Nous exigeons l’arrêt de l’utilisation des grenades de dés encerclements contenant de la TNT et LBD40 quelques soient les circonstances.
Nous demandons et saluons, comme la dernière fois l’absence de cordons de CRS en tête de cortège et sur ses abords , mais des dispositifs en retrait à chaque intersection afin de guider le cortège.
Nous demandons que les avenues et rues autour du quai de Montebello soient ouverts afin de faciliter la dispersion.
Si vous devez interpeller des personnes prises en flagrants délits, nous vous demandons de ne pas créer de dommages collatéraux envers les manifestant.e.s.
Observations particulières :

  • Service de sérénité interne d’environ 50 personnes identifiables (brassards blancs) afin d’assurer la sécurité de tous, la bonne tenue de la manifestation.
  • Arrivée de organisateurs à partir de11h (brassards verts)
  • Pancartes et banderoles
  • Sonorisations et mégaphone
  • prises de paroles
  • véhicules : peugeot 807 immat :BY 820 BE  et scenic CX 503 RH et Clio bleue BS-410-XH et 964 DCS 91

Sophie Tissier,
coordinatrice du groupeGilets jaunes signataires qui co-déclarent les manifs / gilets jaunes pacifiques DECLA TA MANIF

Je pense à ce beau texte de Marx, dans les Manuscrits de 1844 :

Ce qui grâce à l’argent est pour moi, ce que je peux payer, c’est-à-dire ce que l’argent peut acheter, je le suis moi-même, moi le possesseur de l’argent. Ma force est tout aussi grande qu’est la force de l’argent. Les qualités de l’argent sont mes qualités et mes forces essentielles – à moi son possesseur. Ce que je suis et ce que je peux n’est donc nullement déterminé par mon individualité. Je suis laid, mais je peux m’acheter la plus belle femme. Donc je ne suis pas laid, car l’effet de la laideur, sa force repoussante, est anéanti par l’argent. De par mon individualité, je suis perclus, mais l’argent me procure vingt-quatre pattes ; je ne suis donc pas perclus; je suis un homme mauvais, malhonnête, sans conscience, sans esprit, mais l’argent est vénéré, donc aussi son possesseur, l’argent est le bien suprême, donc son possesseur est bon, l’argent m’évite en outre la peine d’être malhonnête ; on me présume donc honnête; je suis sans esprit, mais l’argent est l’esprit réel de toutes choses, comment son possesseur pourrait-il ne pas avoir d’esprit ?

Depuis 48 heures, l’empressement des milliardaires français à promettre des centaines de millions d’euros pour reconstruire Notre-Dame a frappé l’opinion publique : 200 millions € pour les Arnault et Bettencourt, 100 millions € du côté des Pinault et Total, tandis qu’on ne compte plus les annonces de quelques millions à quelques dizaines de millions d’euros (JCDecaux, Bouygues, BNP Paribas, BPCE, Société générale, Axa, Française des jeux, etc). Récemment condamné pour abus de biens sociaux dans l’une des affaires Fillon, le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière y est lui aussi allé de sa promesse de 10 millions d’euros.

 

 

Les milliardaires déversent une pluie d’argent qu’ils refusent de payer en impôts © Antoine Stouls

Ces dons, promis par les multinationales, les fondations d’entreprise ou par les milliardaires eux-mêmes, seront défiscalisés à 60% (entreprise) ou à 66% (particuliers). Ils peuvent être étalés sur plusieurs années. Le directeur général de la collection d’oeuvres d’art de François Pinault, Jean-Jacques Aillagon, a même proposé qu’un taux de 90% soit appliqué. C’est sans doute cette suggestion hâtive qui a le plus choqué : Notre-Dame fumait encore qu’on quémandait déjà une ristourne fiscale majorée pouvant conduire à ce que l’essentiel de ces dons soient couverts par des exonérations d’impôts.

Défiscalisés, ces dons, vont en effet être en grande partie rétrocédés sous forme de réductions d’impôts : les contribuables vont donc, in fine, financer une grande partie des donations annoncées, pendant que les milliardaires et les multinationales pourront tranquillement s’adjuger le mérite d’avoir financé la restauration de la cathédrale. Par leur geste, ils vont accoler leur nom à la rénovation héroïque de ce bâtiment tout en essayant de faire croire qu’ils renflouent et soulagent l’Etat dans sa tâche, alors que ce sont justement les contribuables qui vont, dans un anonymat total, financer leur générosité.

Sans doute auront-ils même leurs noms et une plaqué dédiée sur le monument rénové afin de rendre grâce à leur extrême générosité. Et ce ne sera peut-être pas tout. Le mécénat d’entreprises va généralement de pair avec de nombreux avantages en nature (entrées gratuites, mise à disposition des lieux, opérations marketing, etc) dont ces milliardaires savent très bien s’accommoder, comme vient à nouveau de l’illustrer l’affaire Carlos Ghosn. Les exonérations fiscales liées au mécénat en France sont d’ailleurs de plus en plus critiquées, y compris par la Cour des comptes (voir cet article de l’Observatoire des multinationales).

Par Olivier Tonneau :

C’est fou comme les bateleurs publics souillent tout ce qu’ils touchent, et le prince du mensonge plus salement que tout autre. Comment, Notre-Dame encore fumante, aurait-il pu manquer si beau prétexte à l’unité nationale?

Voilà Macron qui nous raconte que les pompiers viennent de tous les milieux. Les Pinault, les Arnault auraient donc des enfants pompiers? Mais il ne dira pas que ces soignants et ces policiers qu’il félicite sont des fonctionnaires, de ces fonctionnaires dont il prétend à longueur de journée qu’ils pompent les richesses vaillamment produites par les actionnaires. C’est que dans la France rassemblée, “les riches et les moins riches” doivent rester “chacun à sa place. Dans son rôle.” Aux trublions qui osent sortir du leur, le président fait la leçon: “Devenons meilleurs que nous ne le sommes” (premier cours de rhétorique élémentaire: s’inclure dans le reproche).

On comprend que pour Macron, les révolutions ne soient que des “fautes des hommes” que nous devons réparer tous ensemble, car “nous sommes ce peuple”. N’allons pas parler des bricoles qu’osent réclamer les ploucs, une cathédrale est en ruine, voilà l’occasion rêvée de parler identité, “projet national”. Face à un tel opportunisme, comment s’étonner de voir fleurir les théories du complot ? S’il avait lui-même incendié Notre-Dame, Emmanuel Macron n’aurait pas parlé autrement.

A tout prendre, je préfère penser que Notre-Dame s’est immolée par le feu pour signifier sa haine des faux prophètes et des philistins, pour échapper aux mains de ses minables gestionnaires. Notre-Dame en ses flammes jaunes comme des gilets, brûlant comme bientôt la planète après elle, incandescente de douleur et d’indignation. N’est-elle pas la mère du Christ, celui-ci n’a-t-il pas été crucifié, sa passion n’est-elle pas censée être la figure de la vie chrétienne, que l’on vit dans l’esprit, non dans la lettre – la lettre de la loi, de la communication, de la publicité, la lettre qui empoisonne les âmes ?

Peut-être Notre-Dame a-t-elle voulu rappeler ce que disait Saint Paul : la lettre tue mais l’esprit vivifie. L’esprit de son fils, qui disait qu’il sera plus difficile au riche d’entrer au royaume des Cieux qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille, qui disait que le Ciel appartenait aux pauvres et aux simples d’esprit, qui était venu apporter le glaive et non la paix, et qui chassait les marchands du temple.

Mais même le feu n’a pas su chasser les marchands du parvis de notre belle cathédrale. Il faut subir la générosité des quatre cents familles, les Arnault, les Pinault, canonisés à la lueur des flammes pour quelques uns des centaines de millions d’euros qu’ils nous ont extorqués. Nous devons non seulement pleurer les ruines mais subir les inanités d’une Anne Hidalgo – Notre-Dame sera ouverte pour les jeux olympiques, conformément au business plan ! –, d’un Nicolas Demorand, d’un Castaner, et encore je n’ai pas regardé la télévision.

Allons ! Il faudra bien finir par chasser les marchands nous-mêmes.


shortlink:
https://freudianassociation.org/en/?p=1709

  Date of Publish: 19 April 2019